Vent de Raison

RIP - MUNO - 05-06-2019

 

Comme dans d’autres cas ou plus particulièrement celui de Sommethonne évoqué récemment dans nos colonnes, la hauteur de ces hypothétiques machines à vent est sans doute le critère qui effraye le plus.

Les habitants concernés dénoncent comme partout ailleurs le coup de poing dans le paysage, le bruit généré ou les nuisances pour les oiseaux et autre chauve-souris.

La proximité des éoliennes par rapport aux habitations de Pérensart est aussi mise en avant. «Il est stipulé clairement que la distance entre l’éolienne et la 1re habitation doit être au minimum égale à la hauteur multipliée par quatre. Il n’y a pas 800 m entre Pérensart et l’éolienne la plus proche», explique Jean-Claude Servais, l’auteur de BD un des concernés au premier chef.

Et de poursuivre: «Vu leur implantation, l’incidence de ces gigantesques éoliennes va affecter non seulement la nature, mais aussi, bien sûr, les habitants de Muno, Fontenoille et Sainte-Cécile. Devront-ils, à l’avenir, fermer leurs fenêtres pour dormir?»

Jean-Claude Don Quichotte

Alerté du projet éolien de la société Elicio par le médecin de Muno Nicolas Dessoy, « C’est lui qui, le premier, m’a averti en demandant mon soutien. Ont suivi mon beau-frère agriculteur, Yvan Hubert, et l’ingénieur du D.N.F. de Virton, David Storms, qui habite Fontenoille», explique Jean-Claude Servais.

Ce dernier, tel un Don Quichotte du XXIe, a décidé de partir en croisade contre ce projet en tentant de rassembler un maximum de personnes décidées à faire entendre leur voix.

«Un petit comité de défense commence à se constituer mais nous devons faire vite, car nous sommes pris de court. Et si ces promoteurs ne veulent pas entendre nos doléances ou ne pas en tenir compte je n’en resterai pas là.»

Pour rappel, la réunion d’information se tiendra le mercredi 5 juin à 19h au Centre sportif de Muno

La lettre ouverte de Jean-Claude Servais

Voici quelques extraits de la lettre. «J’aime ma Gaume, l’univers auquel j’ai dédié ma vie et ma carrière d’auteur de bandes dessinées. Je suis devenu ainsi, au fil des années, un peu l’ambassadeur de la Gaume et bien des gens viennent faire une excursion chez nous pour voir les décors que j’ai dessinés. Mais aujourd’hui, j’ai peur pour ma Gaume… Des éoliennes, c’est très bien, il y a là un réel effort pour le climat que l’on ne peut qu’approuver… Je suis pour. mais pas à n’importe quel prix! Les éoliennes ont leur place sur des terrains déserts, le long des autoroutes, des voies de chemins de fer, dans des zones industrielles….J’ai appris dernièrement par la presse, qu’un projet de 7 éoliennes de 180 m de hauteur a été déposé par une société spécialisée à la commune de Meix-devant-Virton… Trois jours plus tard, j’apprends que le même type de projet éolien est déposé par une autre société à Muno. 6 éoliennes cette fois, et qui plus est, de 200 m de hauteur, et nettement plus puissantes. Sur le document déposé à la commune, figure le nom de Muno. Commune de Vaux-sur -Sûre! (barré et corrigé à la main). Ces gens savent-ils réellement où ils vont installer leurs éoliennes? Le projet de Muno serait-il le copié collé d’un projet refusé chez nos amis ardennais?

Le site de Muno, un des rares restés intacts au niveau paysager, où l’habitat se marie à merveille avec la nature jusqu’ici épargnée. J’ai pu y observer des martins-pêcheurs, des cingles plongeurs, des chauves-souris, des bergeronnettes des ruisseaux et surtout des cigognes noires. Un panneau, avec une silhouette de cigogne noire, pour saluer son retour a été placé il y a quelques années sur la route de Bouillon à proximité des «futures éoliennes», à l’orée de la forêt ardennaise, et maintenant on voudrait les faire fuir? Cherchez l’erreur!

Comment comprendre le choix de ce lieu unique et remarquable pour installer, en bordure de la réserve naturelle de la Roche à l’Appel classée Natura 2000, 6 éoliennes de 200 mètres de haut? Si ce n’est l’argent pour quelques-uns… Les locations sont certes alléchantes mais au détriment du cadre et des conditions de vie de centaines d’habitants du voisinage…. De la manière dont sont traités les cas de Sommethonne et Muno, l’écologie est un prétexte à des investissements juteux qui ne profiteront qu’à certains. Et nous, nous en subirons les conséquences irréversibles…»"

Lire l'article sur lavenir.net