Vent de Raison

La géothermie, une ressource locale d'énergie éternellement renouvelable

Au-delà des utilisations d'énergies renouvelables acquises depuis des siècles (le bois en tête) aucune nouvelle exploitation des énergies renouvelables n'a encore pu être réalisée utilement.

En particulier, éolienne et photovoltaïque ne connaissent aucune application rentable et intégrable à l'économie.

Une petite exception prometteuse : aujourd'hui, la géothermie fournit 8 gigawatts d'électricité (l'équivalent d'environ 8 centrales nucléaires). Il s'agit de la mise en valeur des sources d'eau chaude qui jaillisssent du sol sous forme de vapeur (environ 300°C) à plusieurs endroits du monde (Italie, USA, Philippines, Islande etc..). Cette mise en valeur de l'énergie nucléaire du sous-sol de notre planète est maintenant bien au point.

D'énormes progrès dans la connaissance du sous-sol, dans le prix de revient des forages, dans la mise au point des dispositifs permettant l'utilisation d'eau chaude pour la fabrication d'électricité, dans les moyens de faire face aux problèmes de corrosion...font que des sources de moins en moins généreuses peuvent être mises en valeur.

Les ressources naturelles de la géothermie sont classées en 4 catégories :

  1. La très basse température, inférieure à 30°C, que l'on peut trouver... partout! Un forage à 100 m assure 5Kw de puissance thermique grâce à une pompe à chaleur.
  2. La basse température, de 30° à 120°C, peut assurer le chauffage urbain. Ainsi, la ville de Mons en bénéficie et elle n'est pas la seule. On creuse souvent à 300m et jusqu'à 3.000m
  3. La moyenne température est de 120° à 200°C. L'eau peut alors – sous forme de vapeur – faire tourner des turbines et des génératrices de courant électrique.
  4. Plus rarement, l'eau dépasse 200°C et assure la géothermie connue depuis des dizaines d'années. Les installations sont aujourd'hui très rentables.

Ces précisions données, on peut dire qu'il y a au moins mille projets et expériences. La société américaine ORMAT se distingue: progressivement, elle devient capable de fournir de l'électricité avec une eau de moins en moins chaude! A l'origine de ces progrès on trouve les eaux tièdes des entreprises industrielles. ORMAT descend progressivement sous la "ligne" des 80°C grâce à des échangeurs où l'eau tiède réchauffe des fluides comme l'ammoniac et cela donne des rendements assez proches de ceux fixés par la loi de Carnot.

A Mol, près du site de la centrale nucléaire Myrrha, une entreprise espère obtenir à 3000 mètres de l'eau à 80°C et fournir eau chaude et électricité...

La chaleur dans le sol est produite par la désintégration de l'uranium 235 et cette ressource est éternelle dès qu'on ne la surexploite pas localement.

Il est certain qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que ce type d'installation soit rentable et ne risque pas de devoir vivre d'aides comme l'éolien et, encore actuellement, le photovoltaïque.

Les perspectives sont très favorables car, dès aujourd'hui, la géothermie est plus proche de la rentabilité que ses concurrentes. Elle a toutes les chances de continuer à progresser, ce qui n'est pas du tout le cas de l'éolien et de ses "tours Eiffel" définitivement non retables et, à grande échelle, mortelles pour l'économie. Et le prix du photovoltaïque à €1 le watt pic devrait encore diminuer de 5 fois (oui, cinq!). Le courant produit par le photovoltaïque devant nécessairement être stocké – par exemple sous forme d'air comprimé - il faut compter des investissements complémentaires importants.

Une combinaison entre photovoltaïque et géothermique est prometteuse. D'autant plus prometteuse que le stockage de l'électricité dans le sol sous forme d'air comprimé n'est pas soumis à la loi de Carnot. La loi de Carnot concerne le cas où la chaleur est transformée en énergie mécanique alors qu'ici on a à faire à de l'air comprimé chaud (le sous-sol lui garde sa température) et le rendement théorique est... 100%!! A 80°C la géothermie seule a un rendement de Carnot de (80-30) : (80+273) = 14%, si la source froide peut être l'air à 30°C.

L'Europe dispose de plusieurs autres ressources pouvant lui assurer l'indépendance énergétique, lui éviter de dépendre d'autres pays :

  • La captation de l'énergie du vent concentrée dans les vagues peut se faire par des houlomoteurs. Il y a aussi l'énergie des courants marins, des marées... La recherche avance et des engins rentables sont en vue.
  • La fusion nucléaire est testée en 2013 par les laboratoires SANDIA aux USA. Les meilleurs surgénérateurs, en particulier ceux dérivés de MYRRHA (très haute technologie, parfaitement sûre par son principe) sont un espoir d'énergie éternellement renouvelable pour l'Europe.

En attendant que la géothermie – couplée ou non au photovoltaïque – les houlomoteurs et l'énergie nucléaire sans danger nous offrent l'énergie propre dont nous avons besoin, l'Europe peut se libérer de fournisseurs d'énergie, de l'énergie éolienne qui est infiniment trop coûteuse en produisant elle-même son "gaz de schiste". Elle peut le faire proprement! (1)

En conclusion, on peut dire que la géothermie est une solution extraordinairement intéressante et qu'elle peut relancer l'industrie européenne si on accepte d'attendre encore un peu que les techniques soient totalement au point.

(1) Des films montrent la nuisance des exploitations de "gaz de schiste" sauvages. Elles sont effectivement très polluantes!! Ces films ont été bien choisis et on peut en tourner des centaines en Chine sur l'exploitation criminelle du charbon. Faut-il pour autant interdire le charbon qui chez nous est correctement exploité et fournit la plus grande partie de l'électricité mondiale? Il est parfaitement possible d'exploiter proprement le gaz de schiste. (N'oublions pas que Gazprom a la réputation de se servir des écolos pour assurer notre dépendance énergétique....)