Vent de Raison

Le chef de Cabinet du Ministre Henry dans le collimateur de la Justice, suite à une enquête pour prise d’intérêt illégale dans l’éolien industriel à Merbes-le-Château

L’un des Chefs de Cabinet du Ministre de l’Aménagement du territoire Philippe Henry, Hubert Bedoret, originaire de Merbes-le-Château en Hainaut, fait l’objet d’une plainte pour prise d’intérêt illégale, impliquant sa famille. Les promoteurs éoliens proposent souvent des « compensations » pour la destruction des biotopes causée par leurs centrales éoliennes géantes. Ces « compensations » consistent en locations de terrains agricoles qu’on laisse ensuite en friches, en rémunérant grassement les agriculteurs concernés. La sœur du chef de Cabinet serait la bénéficiaire de ce contrat, conditionné par la réalisation du projet éolien de Merbes-le-Château. Curieusement l’association de protection de la nature Natagora, qui gère une réserve naturelle de plus de 65 ha dans l’entité, n’a pas été prévenue de la création potentielle de cette nouvelle « réserve naturelle temporaire » qui serait créée par le promoteur éolien, en l’occurrence Electrabel – SPE Luminus et Windvision, alors que c’est Natagora qui est le mieux à même de juger de l’utilité d’une telle « réserve ».

Cette possible prise d’intérêt et ces créations de réserves « bidon » témoignent du pourrissement du dossier de l’éolien industriel, que les deux ministres Ecolo Philippe Henry et Jean-Marc Nollet veulent à tout prix imposer aux populations rurales wallonnes, malgré une levée de bouclier des riverains par dizaines de milliers et des communes concernées sur la fameuse cartographie de l’éolien qui réserve d’immenses zones agricoles aux amis promoteurs éoliens d’Ecolo.

On peut se poser une série de questions éthiques sur la manière dont Ecolo gère ce dossier pour le gouvernement wallon : Pourquoi le Ministre Henry ré-impose-t-il trois, quatre, voire bientôt 5 fois le même projet éolien envers et contre des populations entières et leurs conseils communaux unanimes, malgré les décisions du Conseil d’Etat ? C’est le cas à Thuin, à Leuze, à Chastre, à Héron et à bien d’autres endroits encore.  Les promoteurs ne s’embarrassent même pas d’attendre le résultat des recours et construisent en toute illégalité comme à Leuze en Hainaut, sûrs de la protection du ministre Henry. A Merbes, les communes de Merbes et Lobbes en sont au 2e recours. La relation littéralement incestueuse entre les cabinets politiques Ecolo et les promoteurs éoliens qui font des fortunes incroyables en centaines de millions d’EUR sur quelques années, est malsaine. Que la Cheffe de Cabinet Energie du Ministre Nollet soit Annabelle Jacquet,  l’ancienne cheffe du lobby du pseudo-renouvelable et surtout de l’éolien, EDORA, est inconcevable.

Le Ministre Nollet, que l’on voit inaugurer les parcs éoliens avec ses amis de Windvision ignore-t-il que cette société est dirigée par un flamand et un hollandais qui ont consolidé leur entreprise aux Pays-Bas et de là à Chypre, le paradis de la corruption et des sociétés opaques ? Quel est l’impôt payé par Windvision en Belgique ? Qui se cache derrière les sociétés chypriotes propriétaires de Windvision, grassement subventionnée par la Région wallonne ? Hors les effets d’annonce mensongers, quels emplois ont été créés dans l’éolien industriel en Wallonie ? Pourquoi le Cabinet Nollet finance-t-il les études du lobby de l’industrie éolienne EDORA, pour réaliser des études et des sondages bidon ?

Le dossier éolien n’a pas encore livré tous ses secrets. C’est en tout cas un désastre financier qui va s’abattre sur les finances régionales, si le plan Ecolo est appliqué. L’endettement dû à l’éolien sur 15 ans pour chaque machine installée, est bien plus grave que l’endettement dû à la « gestion » du dossier photovoltaïque par Jean-Marc Nollet.

VentdeRaison espère que la vérité éclatera sur les relations entre Ecolo et les promoteurs éoliens, et qu’Ecolo sera définitivement écarté des dossiers énergétiques et d’aménagement du territoire dans les exécutifs qui sortiront des urnes.