Vent de Raison

Lettre aux Membres du Parlement wallon concernant la santé des citoyens

Concerne: la responsabilité personnelle des Membres du Parlement wallon concernant la santé des citoyens wallons lors de l’approbation des deux décrets traitant respectivement du "cadre éolien" et du code de développement territorial.


 

Madame la Députée,
Monsieur le Député,

Vent de Raison vous a adressé le 23 janvier 2014 une lettre demandant de bien vouloir indiquer si oui ou non vous étiez prêt(e) à approuver un dispositif légal composé d’une norme sectorielle pour l’éolien (créée par le Gouvernement wallon (GW) le 13 février 2014) et des décrets ("cadre éolien" et CoDT) que le GW veut faire approuver par le Parlement wallon (PW) avant la fin de la présente législature. Les réponses que nous avons  reçues sont indiquées au bas de la présente lettre.

Nous attirons avec insistance votre attention sur les points suivants :

  1. La raison première de cette demande était et reste que ce dispositif prévoit une réduction inacceptable de la protection de la santé de milliers de riverains des parcs éoliens présents et futurs (suivant le plan actuel du GW) puisque ces parcs seront, dès maintenant, autorisés à exercer une nuisance sonore de 40 % supérieure à la norme de bruit nocturne existante (passage de 40 dBA à 43 dBA, l’échelle des dBA étant logarithmique).

  2. Il vous revient, en tant que Membre du PW, de refuser une agression majeure contre la santé d’un grand nombre de vos propres concitoyens et également de refuser un dispositif  totalement discriminatoire puisqu’il dégrade de manière injustifiable (le GW estincapable de démontrer de manière opposable l’ "intérêt public" de l’éolienindustriel on-shore) l’habitat et le patrimoine d’un nombre encore plus grand de ces concitoyens (dans de nombreux cas en usant d’interprétations abusives des dispositions des plans de secteurs).

  3. Le GW s’abrite derrière l’existence de la DPR – 2009 (déclaration de politique régionale) pour exiger que vous approuviez en 2014 (cinq ans plus tard !) des dispositions légales  en vue de la mise en place d’une production d’énergie renouvelable (ENR) dépendant à près de 50% de l’éolien onshore, ce que la DPR – 2009 n’a jamais ni précisé ni décidé.

  4. Ce que vous propose le GW en 2014 est donc triplement inacceptable. En effet :
    1. Les performances techniques et environnementales de l’éolien onshore sont clairement faibles à mauvaises. L’expérience allemande, portant sur 15 années et 22 000 éoliennes en service (l’équivalent en puissance installée de vingt centrales nucléaires), est hélas sans équivoque. Ses résultats (vérifiés par le Bundestag en février 2014) sont du domaine public et donc à votre disposition (voir site du Bundestag, en allemand).

    2. Les coûts socio-économiques de l’éolien onshore, contrairement aux affirmations non fondées, voire mensongères, des ministres responsables, sont désastreux. L’obligation qui serait faite aux promoteurs de parcs éoliens (privés) d’inclure des "citoyens", des communes ou des intercommunales à hauteur de 25 % dans leur capital n’est qu’un détournement de la manne des certificats verts (CV) vers ces tierces parties alors que les CV sont bel et bien un impôt déguisé payé par tous les consommateurs wallons.

    3. L’impact négatif des parcs sur la ruralité wallonne en général et sur l’environnement de milliers de riverains et la santé de ceux-ci (voir points 2 et 3 ci-dessus) est un prix exorbitant pour un résultat que personne (et sûrement pas le GW) ne s’est encore donné la peine ni de qualifier ni de quantifier réellement et sérieusement.

 En conséquence,  Vent de Raison exige

  • Avant la création de nouveaux décrets ("Cadre éolien" et articles du CoDT relatifs à l’éolien), une révision complète des critères et conditions de développement de l’éolien en Wallonie qui ferait intervenir directement tous les acteurs concernés, en ce compris les citoyens. Cette révision doit être conduite sous le contrôle du PW et dans le respect de la Convention d’Aarhus.

  • L’annulation immédiate de la faculté pour les opérateurs de parcs éoliens de dépasser la norme de bruit nocturne de 40 dBA sur le seuil des habitats riverains des parcs.

Nous sommes convaincus de l’importance de votre position personnelle dans ce débat, au-delà de celles des partis politiques.

Nous sommes certains, Madame la Députée, Monsieur le Député, de faire notre devoir de citoyens en vous signalant clairement notre conviction.

Pour les 86 comités locaux de Vent de Raison (relevé en date du 23 mars 2014),

 

Patrice d’Oultremont
Président
info@ventderaison.com


Réponses à la lettre-enquête de Vent de Raison du 23 janvier 2014

  • Mr. Jean-Paul Bastin s’opposera à un relèvement de la norme de nuisance sonore
  • Mme Pécriaux assure que son parti s’opposera à toute dégradation de l’environnement et de la santé des citoyens.
  • Mr Willy Borsus s’opposera à un relèvement de la norme de nuisance sonore.
  • Mr Giles Mouyard votera négativement sur tout décret relevant la norme de bruit nocturne de 40 dBA à 43 dBA.
  • Mr Claude Eerdekens se déclare radicalement opposé à toute mesure de relèvement de la norme de bruit
  • Mr Olivier Maingain, ayant eu connaissance de la lettre-enquête, affirme que, s’il était parlementaire wallon, il voterait contre toute proposition de relèvement de la norme de bruit.