Vent de Raison
www.ventderaison.com

Le mix électrique belge en mars 2019

 

Chaque mois, ELIA, le gestionnaire de réseau électrique belge, publie les chiffres du mix électrique belge. Autrement dit, la part des différentes sources d'énergie qui produisent de l'électricité pour la Belgique. Le mois de mars a connu des températures moyennes, avec une quantité de vent et de soleil moyen. Dans ces conditions, on constate que l’énergie nucléaire a produit 60 % de notre électricité en mars 2019, soit la plupart de notre électricité bas-carbone. Les éoliennes ont produit au total 9 % de notre électricité, les panneaux solaires 4 %. Quant aux énergies fossiles, elles représentaient, en mars, 27% de notre mix énergétique.

Quelles sont les sources d’énergie qui produisent l’électricité que nous consommons au quotidien ? Pour le savoir, le mix électrique belge est calculé tous les mois. Voici les chiffres du mois de mars dernier pour mieux comprendre sa composition.

Advertisement

Ces chiffres fluctuent en fonction des mois et des saisons, mais on doit constater que l'énergie nucléaire est la principale source d'électricité bas-carbone en Belgique et que pour atteindre les objectifs climatiques à long terme, nous devrons utiliser toutes les solutions bas-carbone existantes : l’énergie nucléaire, éolienne, solaire, et hydroélectrique.

Qu’en est-il du mix énergétique chez nos voisins ?

Au sein de l’Union européenne, les états ont fait des choix différents pour construire leur mix énergétique. Certains intègrent à des degrés divers l'énergie nucléaire (France, Pays-Bas, Suisse, Suède, Finlande, Royaume-Uni, Espagne, Suède, etc.), d'autres l'abandonnent progressivement ou ne possèdent même aucune centrale nucléaire (Allemagne, Danemark).

 

Fait marquant, les pays qui utilisent l'énergie nucléaire ont des émissions de CO2 (g CO2 par kWh) beaucoup plus faibles que les pays qui ont un mix électrique sans énergie nucléaire. Et cela malgré d'importants investissements dans les énergies renouvelables.

La Suède et le Danemark, par exemple, ont un mix électrique constitué pour moitié d’énergie renouvelable. Mais la Suède, qui combine les énergies renouvelables avec l'énergie nucléaire, émet beaucoup moins de CO2 que le Danemark. En d'autres termes, ce n'est pas tant l'énergie renouvelable qui garantit un mix énergétique bas-carbone, mais la technologie complémentaire qui est utilisée.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, 14 des 28 États membres utilisent l'énergie nucléaire. Les centrales nucléaires représentent 25 % de toute l'électricité produite en Europe et 50 % de toute l'électricité à faible émission de CO2 dans l'Union européenne. Il s'agit de la technologie bas-carbone la plus importante, complémentaire avec l'éolien, le solaire et l'hydroélectricité.

Pour découvrir l’impact sur le climat par zone géographique et classé par intensité carbone de l'électricité consommée (gCO2eq/kWh) découvrez les cartes de www.electricitymap.org

Lire l'article sur : lesoir.be
>> Le mix électrique belge en mars 2019