Vent de Raison

Qui oserait s'attaquer aux maffias?

Le contre-pouvoir réel en face du Président aux USA, c'est celui des maffias. Elles payent des sommes monstrueuses pour faire élire leur candidat et on en arrive non pas à défendre les intérêts de la nation mais les intérêts de certains groupes. Yann Piat a été assassinée à Hyères parce qu'elle luttait contre la corruption, le vétérinaire belge Van Noppen a été assassiné parce qu'il luttait contre les "marchands" d'hormones pour bétail. En Belgique, on ne s'oppose plus aux trafics d'hormones... et on ne tente même plus de savoir la vérité dans une série de domaines.

Ainsi, les quatre ministres belges de l'énergie – oui, il y en a quatre! - ont demandé une étude concernant les possibilités pour la Belgique de fonctionner exclusivement avec les énergies renouvelables en 2050. Les auteurs de l'étude ont choisi des alternatives: vent, soleil ou biomasse ou un mix des trois. Aucune de ces propositions n'a de sens... et la réponse officielle de l'étude est que cela est faisable. Comme il n'est pas totalement loisible de regarder à côté de la réalité, elle "démontre" l'absurdité des propositions faites car l'énergie est importée en grande partie. Les auteurs comptaient certainement sur le fait que personne ne lirait l'étude, qu'on se contenterait de quelques "conclusions"! Cela était même probable puisqu'elle est écrite en anglais et que rares sont les Wallons qui pratiquent cette langue.

Dans "Towards 100% renewable Energy in Belgium by 2050", on n'envisage déjà pas de stocker une partie de l'énergie du vent ou du soleil à moyen, long ou très long terme (plus d'un an) et c'est donc la biomasse – pratiquement toute importée! - qui assure la garantie de disposer de l'énergie quand elle est nécessaire, c'est à dire la plus grande partie du temps, quand soleil et vent manquent.

Pourtant, l'étude prévoit d'installer 41.000 megawatts d'éoliennes, elle plaide pour une couverture totale de la Belgique! Quelques heures par an, ces éoliennes vont couvrir tous les besoins en énergie du pays... éventuellement quand les besoins sont faibles et qu'il faudra se débarrasser du trop plein: absurde. C'est absurde et absurdement coûteux mais on prévoit sans émotion de couvrir la Belgique de 10.000 éoliennes – soit une par Km² possible – et de transformer en cauchemar la vie de tous les Belges vivant à la "campagne"... Alphonse Allais... à l'aide!!

L'étude envisage – et cela est logique – une société où l'électricité est dominante. Cette électricité ne peut donc pas provenir du soleil ou du vent... qui ne sont disponibles que peu d'heures sur 24. L'étude ose suggérer qu'on produirait acier, chaux, ciment etc... quand il y a du soleil ou du vent et avec l'aide de la biomasse importée! Il est totalement impossible d'amortir l'investissement et d'entretenir l'outil en l'état dans ces conditions...

Ailleurs, pour compléter l'apport en énergie des éoliennes des cellules photovoltaïques sont prévues aussi. Il faudrait couvrir un dixième du territoire belge de panneaux photovoltaïques pour espérer produire un dixième de toute l'énergie consommée par la Belgique en 2050. Comme la surface bâtie offrira difficilement plus que 300Km², où trouvera-t-on les 3.000 Km² à sacrifier sur les 30.000 Km² au total du pays? Poser la question, c'est y répondre! Ajoutons que même ainsi presque toute l'énergie devrait être importée... et on en arrive à 200.000.000 de tonnes de pellets (granulés de bois) ou équivalent à importer...

Si la Belgique est seule à vouloir importer des pellets, cette solution est possible mais il est inutile d'y ajouter des panneaux photovoltaïques (PV) ou des éoliennes car l'ensemble de ces investissements en Belgique et à l'étranger peut juste entraîner des dépenses totales de l'ordre de 4.000 milliards d'euros d'ici 2050 (400 milliards en Belgique). L'astuce de l'étude est de ne prendre en compte que les investissements faits en Belgique mais qui ne couvrent qu'une toute petite partie des besoins en énergie de la Belgique en 2050. Curieusement, l'étude ne prévoit pas d'alternative avec les deux ressources en énergie renouvelable de la Belgique qui sont bien réelles, la géothermie et la technologie Myrrha...

Si on veut jouer au futurologue pour 2050, on peut parler de la géothermie qui, à elle seule, peut rendre la Belgique autonome sur le plan énergétique. La géothermie moyenne température peut produire de l'électricité 24h sur 24h sans pollution réelle, même visuelle ou sonore. Sachons d'abord qu'un réacteur nucléaire fonctionne sous nos pieds ; la désintégration de l'uranium 235 qui a lieu à toute profondeur peut produire toute l'énergie dont nous avons besoin (chauffage urbain et électricité). Si l'étude observe que la géothermie est concurrentielle par rapport à ses collègues en 2005, elle omet de préciser que les progrès se font très rapidement (1), surtout grâce au progrès des techniques de forage à grande profondeur. La multiplication des forages laisse espérer que la géothermie deviendra vite concurrentielle des énergies fossiles. Il ne faudra pas l'importer, elle donnera du travail à de très nombreux Belges! Les éoliennes et le PV sont importés...

Il faut bien insister sur le fait que la géothermie fournit sa pleine puissance à la demande, 8.760 heures par an, sauf entretien et réparations, alors que éoliennes et PV sont parfaitement imprévisibles et variables de minute en minute. Le plus souvent, une éolienne ne produit rien même si elle tourne et donne sa pleine puissance quelques heures par an... et au hasard.

L'étude oublie aussi de mentionner que le problème du stockage de l'électricité à grande échelle est résolu et appliqué. Cet "oubli" est sans doute lié au fait que stocker l'énergie des éoliennes et des PV doublerait encore le prix d'une énergie impayable à grande échelle?

L'étude – belge! - ignore que la Belgique met au point la technologie Myrrha qui peut consommer l'uranium 238. Il est vrai que les promoteurs du nucléaire civil belge ne forment pas de lobbies, n'ont pas d'argent à dépenser en publicité (je n'en vois pas dans la presse) et souffrent du "syndrome Tchernobyl - Fukushima". Cette peur ne devrait en rien exister puisque ces centrales de 4e génération sont d'une sécurité absolue... qu'il est difficile de démontrer aux personnes ne disposant pas des connaissances scientifiques nécessaires. Précisons donc simplement que les réacteurs nucléaires qui peuvent découler de Myrrha sont purement civils – il est impossible de les faire servir aux besoins militaires – aptes à faire disparaître tous les déchets nucléaires du passé en les consommant et pouvant se servir de l'uranium fourni par l'eau de mer! Cet uranium est consommé en si petites quantités que son prix est sans importance et il y en a pour des milliers d'années... Une bombe peut tomber sur un réacteur dérivé de Myrrha: il s'arrête en une fraction de seconde et aucune pollution ne risque d'être créée.

En conclusion, cette étude n'est pas seulement truffée d'erreurs étonnantes(2), elle ne veut systématiquement pas voir plus loin que "solaire, éolien et pellets". La lecture qu'un esprit critique peut en faire le convaincra de ce qu'il s'agit d'un lavage de cerveau organisé par le lobby éolien pour amener l'Etat belge à prendre des engagements définitifs et irréversibles au bénéfice des promoteurs éoliens (3). Ces engagements doivent évidemment être pris avant que l'inutilité des éoliennes ne soit reconnue... inutilité reconnue non par l'effet de la raison mais par le suicide économique auquel elles participent. Un lobby peut tenter de faire admettre une idée, une maffia fait tout pour s'enrichir quitte à ruiner ses victimes...

(1) "ORMAT" sur Google

(2)Pour plus de détails, lire le texte destiné aux lecteurs de l'étude: "Vers 100% d'énergie renouvelable en 2050?" en réponse à "Towards 100% Renewable Energy by 2050"

(3)Le PV de Monsieur Antoine, soutenu par Monsieur Nollet, est terriblement ruineux et va bientôt – dit-on – être revu...L'Etat s'est déjà retiré.