Vent de Raison

Combien coûte le vent gratuit ? Et pourquoi ?

Le coût de l’éolien et son impact sur l’économie ?

Les wallons payent leur électricité éolien  on short 35% plus cher que leurs voisins !

¶  La Belgique, un eldorado financier pour les multinationales de l’électricité éolien?

Source : Société EDP Renovaveis – Annual report 2011

• Belgique : 112 € – volume 117 GWh
• Espagne : 82,5 € – volume 4.584 GWh
• France    : 86.8 € – volume 589 GWh

(p41) : production et prix de vente dans 6 pays en Europe
(p54) Rentabilité de la société ? EBIT Europe : 288.600.000 € - volume 7.301 GWh

¶  Tarif de rachat actuel électricité éolienne (Electricité produite + CV).

• France : On-shore : 82€/MWh - Off-shore : 130 €/MWh
• Belgique : On-shore : 113,5€/MWh – Off-shore : 151,28 €/MWh

Sources :
(p 37) pièce jointe  « Eolien-Photovoltaïque» - septembre 2012
Belgique bilans BN : On shore : entre 112 € à 115 €, soit une moyenne de 113,5 €
Rapport 2011 du CREG : Off-shore : Moyenne de 102.24 € pour le CV (parc de 300 Mw).
Belpex en 2012 : Prix moyen par MWh produit : ± 49,04 €

¶  Les CV produits par les éoliennes off-shore sont aussi calculés dans les frais de réseau Elia et facturés à  107 € le MW par parc éolien (pour les 216 premiers MW - les suivants à 90 €).

¶  Les CV émis par les panneaux photovoltaïques sont une goutte d’eau dans un océan de CV éoliens (mais certains membres du gouvernement se réfèrent systématiquement aux statistiques passées, où la part de l’éolien était plus faible).

Le système des certificats verts permet à certains de constituer des fortunes colossales avec de l’argent public

¶  Cette politique est basée sur un système de certificats verts incroyablement mal calibré, qui permet à certains de réaliser de véritables fortunes sur le compte des citoyens et des entreprises wallonnes. Cette politique devait être « un effet de levier pour les premiers investisseurs » ? Cela dure depuis 2004, jusqu’à aujourd’hui!

¶  Une méthode de calcul « à la wallonne » qui trompe tous les citoyens ! La région Wallonne garantit 8% de rentabilité sur l’investissement total. Mais en raison de la garantie d’état qui est offerte et de la capacité d’emprunt qui y est liée cela permet aux investisseurs d’empocher dès les premières années plus de 500% de rendement sur capital investi. (Journal Le Soir du 11/01/2013)

•  Rendement pour l’éolien on-shore en région wallonne : calculé sur l’investissement : 8%  (CRAC –parlement wallon PV du 4/10/2012 – page 3)
•  Rendement pour l’éolien off-shore Belge : calculé sur fond propre : 12%  (CREG – rapport annuel 2011)
•  La méthode de calcul appliquée par tous les financiers : rendement sur capital souscrit : ± 500% (moyenne 11 sociétés en région wallonne - bilan Banque Nationale)

Quel autre investissement légal rapporte autant grâce à l’argent public ?

 $1§  Le plus scandaleux est que, malgré leur incroyable rentabilité, ces sociétés sont largement soutenues par la Région wallonne sous forme de subsides directs à l’investissement (± 25% du montant + des prêts made in Région Wallonne). Le CRAT n’en ayant pas le pouvoir, aucun contrôle réel de ces subsides n’existe.

Source :
Coopérative CLEF (Pelz SA) : 864.642 € de subsides = 24,90 % de l’investissement total
Coopérative COURANT D’AIR : 921.641€ de subsides = 25,17% de l’investissement total

¶  Ces fortunes ne sont pas créées par des entrepreneurs géniaux ayant réussi « à la Bill Gates ou Steve Jobs », mais face à des sociétés créées dans le but de profiter d‘un effet d’aubaine.

 Le coût total du renouvelable est largement inconnu et sous-estimé

 Les frais d’adaptation du réseau électrique ne sont pas comptabilisés (facture Elia chez le consommateur) :

• Les coûts de transformation des réseaux qu’impose l’intermittence de l’éolien, sont astronomiques et n’ont jamais été pris en compte à ce jour dans aucune projection, ni au niveau européen, ni au niveau belge.

• Le coût des nouvelles lignes risque d’être astronomique : 1.000.000€/km pour les lignes aériennes et 10.000.000€/km pour les lignes enterrées (soit 10x plus !), or celle-ci sont imposées pour l’éolien. (p 37) pièce jointe  « Eolien-Photovoltaïque» - septembre 2012

 Les créations d’emplois annoncées n’engagent … que ceux qui les croient

¶  La fédération EDORA donne des chiffres totalement fantaisistes pour les « emplois créés en Wallonie » (6.136 emplois à fin 2010 et une projection de 16.069 emplois en 2030).

•  En France : Actuellement 6700 MW installés et 8100 emplois –La seule voie de création d’emplois directs que les français entrevoient : la création d’usines d’éoliennes en France. (p 50/51/52) - pièce jointe  « Eolien-Photovoltaïque» - septembre 2012
•  En Wallonie : 525,92 MW installés – si on applique pour la Wallonie une projection basée sur les emplois existants du rapport français, cela représente 635,8 emplois ? ( Cwape 5/10/2012 )
•  Quelles usines d’éoliennes  seront créées en Wallonie ?
•  Et combien de pertes d’emploi dues à l’augmentation du coût de l’électricité ?

 Quelle solution nous propose le gouvernement wallon ?

 Plutôt que de réformer le cercle vicieux des CV payé par les citoyens et les entreprises wallonnes, profitons-en nous-mêmes !

¶  Le Cadre De Référence tant attendu a été déposé en ce mois de janvier 2013 au Parlement wallon.

Il prévoit que les communes et leurs habitants peuvent en retirer des bénéfices intéressants en termes de rentrées financières :

•  24,99% du projet pour les communes, intercommunales, CPAS
•  24,99%  du projet pour les coopératives agréées CNC ou à finalité sociale

¶  Certains politiques locaux salivent déjà à l’idée de participer à l’incroyable « pompe à fric » que représente l’éolien industriel wallon.

•  Un exemple : presque toute la locale Ecolo de Gembloux se retrouve dans la coopérative citoyenne Nosse Moulin (journal l’Avenir du 2 février 2013)

 Conclusion

Il est urgent que nos parlementaires réagissent avant que cette incroyable « pompe à fric » ne fasse imploser l’économie wallonne.